Zone de chalandise : définition et astuces !

Zone de chalandise définition ? En voilà une requête intéressante ! Si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, je vous invite à prendre 2 minutes pour consulter cet article. Je vous y présente le contexte, les contre sens courants à ce sujet et enfin la véritable définition avec des exemples si possible !

Mais avant de tout vous expliquer et avant d’oublier ;-), je vous invite à télécharger votre kit de survie pour créer votre entreprise dans les meilleures conditions qui soient.  C’est ici !

Découvrir tous les guides gratuits100% pur jus entrepreneur

Zone de chalandise définition

Une zone de chalandise est l’espace géographique entourant un point de vente, dans lequel vivent, travaillent ou passent les clients potentiels de ce point de vente.

Zone de chalandise définition et contexte

Il n’y a pas de zone de chalandise sans un épicentre : le commerce ! ou le projet d’implantation du commerce bien sûr !

Zone de chalandise définition  et Détermination de la zone de chalandise

La détermination de la zone de chalandise ne peut se faire qu’en acquérant une très bonne connaissance du site : il faut y avoir passé quelques jours en arpentant les rues, en observant attentivement ce qui s’y passe, de manière à pouvoir répondre aux questions suivantes :
– Comment vit le quartier à différents moments de la journée ?
– Quels sont les lieux les plus animés ?
– Quels sont les commerces qui semblent marcher le mieux ?
– Comment y circule-t-on ? etc.

Il faut naturellement se munir d’un plan de la ville, d’un bloc-notes et faire appel, pour beaucoup, à son bon sens.
Selon l’activité envisagée et l’endroit choisi, les critères mentionnés ci-après auront une importance plus ou moins forte. Certains peuvent ne pas être pertinents pour un projet.
Là encore, c’est son jugement personnel qui permettra de faire des choix.

Voici les critères intéressants pour la zone de chalandise :

Critères essentielsCommentaires
Taille de l’agglomération concernéeCe critère joue plus ou moins selon la nature du commerce projeté.Exemples : que ce soit dans une ville de 40.000 habitants ou dans une ville de 100.000 habitants, la création d’une armurerie, commerce très spécialisé, touchera une clientèle potentielle étendue à toute la cité.
A contrario, une supérette de 400 m² touchera toute une ville de 4.000 habitants et seulement un vaste quartier dans une ville de 40.000 habitants.Pour un même type d’activité, le raisonnement peut donc changer selon que l’on est dans une petite localité ou dans une grande ville.
Caractéristiques du lieu de l’implantationGénéralement, les experts s’accordent à dire :
– qu’il y a une zone primaire de chalandise, celle où les clients potentiels ne mettent pas plus de trois minutes à pieds ou en voiture pour venir à la boutique,
– et une deuxième zone, où le temps de parcours ne dépasse pas dix minutes.Là encore, il faut adapter ces notions à son cas personnel : dans une zone péri-urbaine constituée de grands ensembles avec de vastes espaces entre les immeubles, le temps de parcours est différent.
De même, selon qu’il s’agit ou non d’un commerce de première nécessité, le temps de déplacement jouera différemment.C’est donc le bon sens, la connaissance des lieux et des modes de vie que l’on y trouve qui permettront de déterminer les durées à retenir pour calculer les zones de chalandise.Une fois que l’on a tracé, sur un plan, un cercle autour du local représentant, par exemple, la distance de 3 minutes à pieds pour y venir, il faut, en fonction des lieux (artères, pâtés de maison, flux des passants, etc.), déformer ce cercle pour en faire un polygone irrégulier qui reflètera la zone de chalandise potentielle.
Chaque excroissance de celui-ci doit pouvoir se justifier par des éléments observés.
Existence d’un pôle d’attractivitéUn lieu particulièrement animé – par exemple, un centre historique ou une enseigne phare – peut influer sur le dessin de la zone de chalandise.
La signalisation qu’il sera possible ou non d’installer est à prendre en considération.Attention toutefois : par exemple, une avenue dangereuse à traverser entre une enseigne phare et la boutique convoitée, avec un passage pour piétons éloigné de plus de 15 mètres, peut faire perdre totalement le bénéfice de la présence de cette enseigne.
Emplacement des concurrentsLa présence de concurrents n’est pas une mauvaise chose si l’on ne vend pas des produits strictement identiques ou si l’on ne vend pas de la même façon.
De plus, la volonté chez les clients potentiels de vouloir comparer les offres permet d’étendre sa propre zone de chalandise à celle des concurrents (pour la partie de zone qui ne serait pas commune).
Infrastructures favorables ou faisant obstacleLes infrastructures conditionnent la fréquentation du lieu et la déambulation des passants.Exemples : l’existence d’une passerelle pour enjamber un boulevard périphérique ou une voie rapide infranchissable à pieds, l’orientation des sorties d’un parking sous-terrain, l’éloignement d’une aire de stationnement, un bâtiment public…
Flux naturel des chalandsChacun dans ses déplacements et ses besoins cherche :
– la facilité : chemin le plus court, possibilité de se garer facilement, de trouver un moyen de transport à proximité, etc.
– l’agrément : marcher du côté de la rue ensoleillé (sauf en période de canicule)…
– la commodité : accès à un grand magasin où l’on a tout sous la main pour faire ses courses, – etc.
C’est pourquoi, le flux naturel des passants s’établit dans un quartier en fonction de la configuration des lieux, des centres de vie présents et des différentes offres commerciales déjà installées.Il faut donc bien repérer le sens et l’intensité de ce flux et en tenir compte, car en général on n’arrive pas à dévier à son profit cet écoulement naturel des piétons.
Politique commerciale envisagéeParfois, les horaires envisagés – par exemple, ouverture jusqu’à minuit alors que les concurrents ferment à 19 h – placent l’activité en monopole de l’offre sur certains créneaux horaires. Selon la nature de cette offre, la zone de chalandise peut s’étendre alors à toute la ville.De même le principe de vente peut être basé sur un matraquage publicitaire permanent touchant toute la ville : il est alors également possible de considérer que la zone de chalandise va s’étendre à toute l’agglomération Mais encore faut-il en avoir les moyens…

Là encore, c’est le bon sens qui doit décider.

Éléments découverts de visu en allant longuement sur le terrainD’autres éléments peuvent avoir une influence dans la délimitation de la zone : immeubles insalubres, friches, insécurité, construction d’immeubles en cours d’achèvement, etc.
Il n’y a qu’en allant sur le terrain que l’on peut en avoir connaissance.

Ce travail de collecte de renseignements et de réflexion vous permet de tracer votre zone de chalandise. L’étape suivante consistera à évaluer le potentiel commercial de ce marché local, délimité géographiquement.

A voir aussi le site de l’INSEE avec la section ODIL qui est une mine d’information : je vous explique pas à pas comment vous en servir dans le programme de formation création entreprise Entreprendre Sans Risque.

Zone de chalandise définition et exemple

ZONE DE CHALANDISE DEFINITION

Vous avez un projet de point chaud et avez repéré un local à telle adresse. Vous passez 3 jours sur place avec votre bloc-note et vous notez :

  • est-ce que le local est proche d’un passage piéton ?
  • quels sont les concurrents à côté ?
  • combien de personnes rentrent entre 12 et 14h chez chacun de ses concurrents pour acheter un sandwich ?
  • Y a t il des travaux prévus dans la rue ?
  • La vitrine fait-elle un angle de rue pour avoir plus de visibilité ?
  • Peut-on se garer facilement ?
  • peut-on envisager un take away dans la rue ?
  • combien de building à moins de 5 minutes à pied avec en moyenne combien de personnes salariés ?
  • quelles sont les autres forces en présence ?
  • etc.

Ensuite un petit tour sur le site d’Odil de l’insee, une enquête terrain dans les buildings peut-être si nécessaire, un tour à la mairie service voirie pour le plan d’occupation des sols et les projets de travaux… Vous voilà déjà bien armé !

Voilà j’espère que cet article vous a éclairé. Si vous êtes là, il y a de fortes chances que vous ayez un projet d’entreprendre. Aussi je vous invite à télécharger sans attendre les guides gratuits que je vous ai préparé pour faciliter le montage de votre projet. Voici le lien :

Découvrir tous les guides gratuits100% pur jus entrepreneur

Pensez aussi à regarder ces articles qui devraient vous intéresser :

​ Analyse concurrentielle : le guide !

analyse des concurrents: comment accéder à leurs chiffres ?

Plan étude de marché : tout le nécessaire pour réussir !

Evidemment si vous avez des précisions à apporter, des commentaires à formuler ou une question pour compléter, je suis à votre écoute : n’hésitez pas à m’écrire ci-dessous. Enfin si vous êtes arrivé jusque là, c’est à priori que ce site vous a intéressé plus de 10 secondes grâce à son contenu de qualité : je serai bien heureuse que vous partagiez cette page sur vos réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google Plus, Viadeo, Linkedin…). En plus de me faire plaisir et de m’aider, vous pourriez ainsi aider certains proches qui sont peut-être intéressé par ce sujet (même s’ils ne vous en ont pas encore parlé !! vous n’avez pas parlé à tout le monde de votre recherche, non ?) Allez je vous laisse seul juge pour décider si cela vaut le coup ou pas, mais ce serait sympa quand même 😉