Tuez 4 mauvaises habitudes qui plombent votre avenir entrepreneurial

Tuez 4 mauvaises habitudes qui plombent votre avenir entrepreneurial

Vous avez le sentiment que vous ne donnez pas toujours le meilleur de vous-même dans votre quotidien d’entrepreneur ? Cherchons ensemble à cerner ces mauvais réflexes, ces habitudes qui vous entraînent vers le bas ! Regardons-les en face et voyons quel type de plan d’action nous pourrions mettre en place pour y remédier !

Pour nous aider dans cette réflexion, j’ai décidé d’interviewer 4 membres de notre communauté d’entraide pour parler de ce sujet.

Voici les 4 interviews et nos pistes de réflexion :

  1. Pour les pointilleux, maniaques et perfectionnistes
  2. Pour ceux qui se perdent dans le Muti-tâche
  3. Pour ceux qui restent dans l’intellect et n’osent pas passer à l’action
  4. Pour les procrastinateurs qui ne démarrent pas

Pour les pointilleux, maniaques et perfectionnistes

Témoignage de Sandrine Sarthou-Garris :

« J’accompagne les hommes et les femmes à redevenir la meilleure version d’eux-mêmes pour Renaître et Vivre  »

www.renaitreetvivre.com

Quelle est la pire mauvaise habitude que tu as identifiée dans ton quotidien ?

“Je suis trop pointilleuse, maniaque… “

Comment cela se manifeste au quotidien ?

“Je veux que tout soit toujours parfait; du coup je fais, je refais et re-refais, je perds un temps fou… “

Est-ce que tu as déjà essayé d’y remédier ? Si oui comment ?

“En fait, quand je me dis… “OK OK aujourd’hui c’est bon… Dernier jet… Je me lance… Grrrrrrrrr je trouve encore des fautes, des erreurs… Et des excuses pour ne pas me jeter à l’eau. On peut donc dire que cela ne fonctionne pas très bien. »

As-tu d’autres suggestions pour éradiquer cette habitude ?

  • Etre tolérant 

“Je me dis que personne n’a besoin d’être parfait… Je le répète assez… Mais comment justifier d’un tarif si ce qu on propose ne nous satisfait pas entièrement ? »

Nos conseils pour aller plus loin pour les pointilleux, maniaques et perfectionnistes :

  • Rentrer dans une communauté d’entraide pour partager son travail en élaboration

« Une bonne pratique serait de partager le projet  dans sa première version pour avoir un premier retour extérieur et donc de ne pas s’autoriser à aller seul au delà de la deuxième version … Tout est perfectible puisque la perfection n’existe pas mais on peut s’autoriser à publier puis à corriger plus tard… même si  c’est déjà publié…. justement, on s’améliore et donc cela justifie le prix…”

  • Utiliser des repères pour savoir si on va trop loin dans notre élaboration

Mettre plus de 3 mois sur une étude de marché en étant à temps plein n’est pas normal à moins que vous ne soyez en train de monter une start up. avec des prototypes en test.

Revenir plus de 6 fois 1h30 sur un document de moins de 1000 mots parait bien disproportionné…

A vous de construire d’autres repères ou de partager vos doutes en commentaires pour qu’on échange là-dessus.

Pour ceux qui se perdent dans le Multi-tâche

Témoignage de Marie Cossé : « Je lance une e-boutique de meubles & décorations vintages, remis au goût du jour pour donner une seconde vie aux meubles, favoriser l’économie circulaire & rendre la brocante tendance. »

Quelle est la pire mauvaise habitude que tu as identifiée dans ton quotidien ?

“Je ne suis qu’au début de la formation MBA Entrepreneur mais par le biais de mes expériences professionnelles j’ai constaté que pendant longtemps, je me suis pensé multitâches. En réalité, je me donne le souci de l’être par besoin de rentabilité de temps, d’en faire un maximum et de vouloir tout accomplir en même temps par peur d’oublier de faire les choses et de prouver que je suis active. J’ai pris conscience il y a peu que ce n’est pas du tout une force. Tout ceci par peur (tiens, elle est encore là elle) de la procrastination, du jugement au travail je pense et que l’on me reproche de ne pas être efficace.”

Comment cela se manifeste au quotidien ?

“Au quotidien cela s’est déjà manifesté par une montée d’adrénaline qui amène un manque de concentration et une sensation d’être débordée et de courir après le temps. De ne plus savoir prioriser les tâches et de devoir tout enchainer très vite. Je ne suis soulagée qu’une fois que TOUT est fait. Et je ne me pose la question fatale que depuis peu : Mais est-ce BIEN fait ?”

Est-ce que tu as déjà essayé d’y remédier ? Si oui comment ?

“Oui, j’essaie d’y remédier chaque jour en mettant en place des minis “actions” comme :

– Effectuer les tâches 1 par 1 et par ordre de priorité.

– Ne pas passer à autre chose tant que je n’ai pas la sensation d’avoir accompli la tâche à 200%

– J’observe un gain de confiance en moi :  rendre quelque chose avec plus de délais ne signifie pas que je procrastine ou que je suis lente. J’accepte davantage de prendre mon temps en me disant qu’après tout, je ne “sauve pas des vies” pour me déculpabiliser et me “détendre”.

As-tu d’autres suggestions pour éradiquer cette habitude ?

“Pas encore, si ce n’est celles de mon compagnon. Car ce problème est valable dans la vie quotidienne. Alors, je suis preneuse de tous les conseils car je ne veux surtout pas transporter ce défaut jusqu’à mon entreprise & en ai assez d’être une madame To Do List”.

Nos conseils pour ceux qui se perdent dans le multi-tâches :

  • 3 tâches pas jour 

Définitivement, il faut accepter de se borner à 3 tâches importantes par jour, il y aura bien assez d’autres choses qui viendront se rajouter… mais au moins celles-là on se donne la possibilité de les faire correctement. Une heure et demi max sur chaque et si vraiment cela n’est pas fini (c’est toujours difficile d’estimer le temps que prendra une tâche), on s’autorise à continuer le lendemain.

  • Un processus d’amélioration 

Cela suppose qu’on va apprendre à repérer le temps que nous prend une tâche et peu à peu on va ajuster le temps « acceptable » estimé.

  • Zéro distraction

On coupe le téléphone et les notifications quand on travaille. On consulte le répondeur et les emails 2 fois par jour en fin de demi-journée.

  • Un agenda organisé

Pour que cela fonctionne, on doit prendre l’habitude de créer son agenda chaque soir pour le lendemain en ayant posé au préalable une vision des gros objectifs à 30 et 90 jours.

Pour ceux qui restent dans l’intellect et n’osent pas passer à l’action

Témoignage de Anne-Sophie Gobereau

www.mykidemoi.fr

« Je propose aux parents speed et imparfaits, qui ont des enfants entre 4 et 12 ans, des ateliers ludiques à faire en duo pour nourrir le lien parent/enfant. »

Quelle est la pire mauvaise habitude que tu as identifiée dans ton quotidien ?

« Je passe beaucoup de temps à planifier, réfléchir, anticiper, me former, mais pas assez à “agir”. J’ai un besoin cuisant “d’optimiser”, ce qui peut ralentir mes avancées. »

Comment cela se manifeste au quotidien ?

« J’ai tendance à remettre à plus tard le fait d’appuyer sur “publier” pour mes articles, messages de réseaux sociaux, faire un investissement, etc. »

Est-ce que tu as déjà essayé d’y remédier ? Si oui comment ?

« Je fais des listes avec des « deadlines » (date butoir), et je me fais violence pour faire le premier pas, et puis le second. Après ça, l’action redoutée ne me paraît plus si terrible 🙂 »

As-tu d’autres suggestions pour éradiquer cette habitude ?

  • Regarder l’ennemi en face :

Identifier mon frein principal : peur de prendre des risques ? de faire preuve d’inefficacité ? de faire des erreurs dûes au manque de connaissance, d’anticipation, qui seraient en réalité, par une meilleure préparation, évitables ? Quand on connait l’ennemi, c’est plus facile de le repérer.

  • Etre tolérant :

Ensuite il faut se donner une marge de tolérance, par exemple, cramer xx€ pour essayer ceci c’est OK, etc. Et enfin, s’engager, relever des défis…

  • Faire des erreurs mesurées 

Le truc très difficille : accepter de faire des erreurs…

Pour surmonter cette crainte, je pense toujours à relativiser en fonction de l’enjeu. Si c’est une grosse somme d’argent (formation, investissement matériel, temps important…), alors je partage ma  réflexion avec d’autres entrepreneurs pour avoir plus de prise de recul … mais sinon, j’accepte de me planter aussi, après tout c’est comme ça qu’on apprend le mieux !

Nos conseils pour ceux qui n’osent pas passer à l’action

Anne-Sophie, tu as déjà donné de formidables conseils grâce à ton intellect justement ! Ce n’est pas qu’un inconvénient : au contraire ! Alors que peut-on rajouter ?

  • Oser et mesurer

Si dans ce cas de figure, on se force à publier par exemple après une relecture par un proche comme tu peux en avoir dans le club privé de macreationdentreprise.fr et qu’on voit ce qui se passe, on peut se donner du courage pour la prochaine fois. Au pire, on aura un commentaire négatif et l’opportunité de réviser sa copie ! Au mieux, on aura gagné 3 jours d’aller-retour et un boost en référencement car Google adore qu’on modifie nos propres articles en vue de les améliorer  😉

  • Découper en tâches plus petites :

Si on découpe plus finement, on doit normalement plus facilement valider chaque sous-étape. A tenter !

Pour les procrastinateurs qui ne démarrent pas

Témoignage de Nathalie BARRAUX

AdN Carton

« J’aide les hommes et les femmes à se (re)connecter à leur capacité à créer en utilisant du carton ».

Quelle est la pire mauvaise habitude que tu as identifiée dans ton quotidien ?

« Je procrastine : je me sens écrasée par la tâche alors je la repousse. »

Comment cela se manifeste au quotidien ?

« Je vais éviter de démarrer mon ordinateur ou je vais lire mes mails voire même faire le ménage ! plutôt que de démarrer un bout du truc que j’essaye d’ignorer (des fois qu’il disparaisse ;o) !) ».

On appelle tout cela des stratégies d’évitement ou de fuite.

Est-ce que tu as déjà essayé d’y remédier ? Si oui comment ?

« J’essaye d’appliquer la méthode du petit pas et d’entamer le truc, même d’une virgule car après tout, c’est mieux que rien. Ça  fonctionne pas mal pour moi mais y a toujours ce moment où je commence par me dire « oh non, c’est trop gros, j’y arriverai pas ! » Et là, ça peut prendre du temps pour que je le dépasse. »

As-tu d’autres suggestions pour éradiquer cette habitude ?

  • « Apprendre à mieux se connaître : 

Repérer plus vite les moments où on s’arrête pour définir le premier pas. Une fois que c’est démarré, c’est plus facile… »

Nos conseils pour les procrastinateurs en puissance

  • Mettre en place des stratégies de détournement des techniques de fuite

Par exemple, on sait que l’être humain est prédisposé pour réaliser un travail intellectuel le matin. On peut alors s’interdire avant midi l’ouverture d’email et les activités de ménage ! C’est vraiment important de sanctuariser un espace temps. (voire même un espace physique)

  • Se récompenser plus souvent vraiment 

Plus vous activez votre circuit neuronal de récompense immédiate (la dopamine), plus vous avez envie d’avoir des récompenses… C’est le mécanisme utilisé par les jeux vidéos ou les réseaux sociaux pour nous rendre accro. Alors tentons de détourner cette pratique pour notre bien en mettant en place des récompenses au démarrage !

  • Favoriser le processus et non pas le résultat

Quand on a ce tempéramment, c’est important de rentrer dans une logique de processus et non dans une logique de résultat. Le but n’est plus de finir telle tâche mais d’y avoir consacré 1H30 aujourd’hui. On recommencera autant de fois que nécessaire. Si on est aussi perfectionniste, on appliquera les conseils pour les perfectionnistes en plus !

Voilà pour aujourd’hui une série de 16 conseils qui aidera tous les entrepreneurs dans leurs quotidiens parfois semés de haut et de bas ! Si vous avez d’autres mauvaises habitudes ou des conseils, des expériences à partager, n’hésitez pas : on est là pour s’entraider.

Finissons en beauté avec une infographie sympathique décrivant notre quotidien d’entrepreneur et d’entrepreneuse !

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *