confiance en soi : 10 trucs infaillibles pour la développer

La confiance en soi : tout le monde sait que c’est vital pour réussir sa vie. On a toujours besoin d’améliorer sa confiance en soi pour réaliser ses projets – comme créer une entreprise – aller vers les autres, aller de l’avant, tout simplement.

Aussi, je vais aborder dans cet article 10 actions pratiques à mettre en oeuvre facilement pour booster votre confiance en vous et vous permettre de la garder.

Ce sont des trucs infaillibles pour développer l’estime de soi, surmonter les peurs et la timidité qui sont le lot de beaucoup d’entre nous.

Cet article décrit les étapes précises et les stratégies à mettre en place pour construire une confiance en soi solide et améliorer l’estime de soi afin de d’améliorer votre qualité de vie et réaliser vos rêves.

D’ailleurs si l’un de vos rêves est de devenir entrepreneur, découvrez de façon ludique et instructive si vous êtes fait pour l’entrepreneuriat dans mon MOOC « Etre ou ne pas être entrepreneur ».

Je m'inscris au prochain MOOC "Etre ou ne pas être entrepreneur"100% gratuit ! 4 semaines pour faire le point

Concrètement, qu’allons-nous voir :

  1. D’abord quelques rappels importants pour la suite en expliquant pourquoi c’est important d’avoir confiance en soi ; car finalement on a quand même tous plus ou moins avancé dans la vie même sans une super confiance, voyons la différence énorme que cela peut faire d’avoir une vraie confiance en soi
  2. Ensuite, comment éliminer le manque de confiance en soi : car en fait la confiance est innée, nous sommes nés avec, …. et nous l’avons perdu à cause de conditionnements destructeurs que nous devons détecter pour changer notre logiciel.
  3. La façon la plus concrète de gagner de la confiance en soi, c’est d’apprendre à sortir de notre zone de confort, nos habitudes ancrées, en faisant des choses différentes dans notre vie. Evident, peut-être, mais je vous donne une méthode simple et rapide pour gagner de la confiance à coup sûr.
  4. Enfin, j’aborderai la question de la timidité et des peurs qui se renforcent mutuellement pour saper votre confiance. Que faire pour les vaincre ?
  5. Pour conclure, je vous donne la checklist des nouveaux reflexes à avoir dans votre vie quotidienne pour développer votre confiance en vous.

Avant, vous deviez compter sur les efforts et la sagesse de toute une vie pour faire les bonnes choses et vous sentir bien. Dans ce guide, vous allez apprendre à intégrer dans vos habitudes de tous les jours les comportements qui vont vous permettre d’atteindre rapidement une confiance en soi durable.

Chapitre 1 : Pourquoi est-ce si important d’atteindre une saine confiance en soi dans la vie ?

La confiance en soi, est une attitude vis-à-vis de vous même. Cette attitude vous permet d’aller de l’avant jour après jour, et d’atteindre vos buts.

Pour le dire plus simplement, c’est le bon équilibre entre optimisme et réalisme.

confiance-en-soi-optimisme

Quand une personne possède cette confiance en soi, elle est en plein contrôle de sa vie. Elle sait ce qu’elle veut et elle l’obtient. La confiance en soi, c’est savoir être juste dans ses attentes de la vie, et en même temps savoir quand c’est nécessaire de se battre quand on rencontre des obstacles. On dit souvent que la confiance en soi est la compétence la plus précieuse que l’on peut avoir, et en voici les raisons :

1- Valorisation de soi et bonheur

La confiance en soi dépend de la valeur que vous donnez à votre personne et à vos compétences. Plus grande est cette confiance en soi, plus vous vous considérez estimable. Cela vous permet d’être fier de vous et de vos réalisations; conséquemment, avoir cette fierté vous apporte bonheur et contentement dans votre vie. Une personne confiante est comblée indépendamment de sa situation sociale ou de ses imperfections.

2 – Avoir confiance en soi permet d’aller de l’avant

Douter de soi vous empêche de réussir. Même si vous avez les atouts pour réussir, un manque de confiance va vous empêcher de faire les choses nécessaires pour atteindre vos objectifs. Avoir confiance en soi signifie que vous ne doutez de pas votre valeur personnelle ou vos capacités à atteindre vos objectifs. Aussi, vous serez moins déçu ou blessé si vous êtes confronté à des échecs ou au sentiment d’être rejeté. Que vous soyez confronté à un échec professionnel ou sentimental, votre confiance vous permettra de vous remettre d’aplomb rapidement et d’aller de l’avant.

3 – La confiance en soi donne plus de succès

La raison pour laquelle les gens confiants en eux ont plus de réussite que les autres n’est pas qu’ils ont fait de plus grandes études ou qu’ils ont plus de compétences dans leur domaine. La principale raison de leur réussite repose sur le fait qu’ils sont plus enclins à saisir les opportunités quand elles se présentent à eux.

Les personnes trop inquiètes ou qui ressassent leurs faiblesses, sont trop tournées sur elles-mêmes pour être pleinement réceptives aux perspectives qui sont juste devant leur nez ! De plus, les gens misent plus facilement sur ceux qui dégagent de la confiance en soi. Imaginez deux médecins à compétences équivalentes, auquel confiriez-vous votre santé : à celui qui semble sûr de lui ou à celui qui semble ne pas avoir confiance en son propre jugement ?

4 – La confiance en soi fait vivre de meilleures relations humaines

Les gens qui ont une bonne confiance en soi ont plus de succès en amour ou en amitié.

On aime leur compagnie parce qu’ils sont relax et aident les autres à se sentir plus détendus. Ils sont à l’aise dans l’interdépendance humaine et suscitent l’envie de coopérer. Ils sont moins sujets à la jalousie et à l’insécurité affective dans les relations. Ils connaissent leur valeur et les bienfaits qu’ils apportent dans leurs relations ou leur mariage.

A l’opposé, les gens qui manquent de confiance en soi ont tendance à être toxiques dans leurs relations. Ils sont trop dépendants de leur conjoint et trop tournés sur eux-mêmes, sur leurs besoins, et finissent par négliger les besoins de leur partenaire.

5 – La confiance en soi garantit une meilleure santé

Tout d’abord, moins d’anxiété améliore votre qualité de sommeil. Les personnes manquant de confiance en soi ont tendance à penser que tout commentaire négatif est dirigé contre eux. Cela cumule en eux des sentiments de culpabilité et de ressentiment inutiles. Typiquement le genre de choses qui amène des symptômes psychosomatiques comme les problèmes de digestion ou l’hypertension artérielle.

confiance-en-soi-sante

6 – La confiance en soi offre la sérénité et une vie sans stress

Quand vous bénéficiez d’une forte confiance en vous, vous vous sentez à l’aise dans toutes les situations.

Vous ne vous inquiétez pas inutilement de ce que les autres pensent de vous parce que vous savez ce que vous valez. Les critiques ne vous touchent pas autant.

7 – La confiance en soi renforce la motivation

Les personnes confiantes ne dépendent pas du jugement d’autrui pour se sentir heureux. Ils trouvent la joie en eux-mêmes.

De plus, la confiance en soi vous permet de mieux comprendre que vous êtes seul responsable de votre bonheur et que le bonheur n’est qu’un sous-produit de vos actions et de décisions au jour le jour. Les gens confiants en eux savent qu’ils sont les maîtres de leur destinée.

8 – La confiance en soi c’est le vaccin contre la dépression !

Le manque d’estime de soi est souvent observé chez les gens qui souffrent de dépression. A l’inverse, ceux qui possèdent de la confiance en soi sont moins sujets à des épisodes dépressifs. Quand les choses ne tournent pas rond, ils savent qu’il y a sûrement une autre façon d’aborder le problème. Aussi, ils ne laissent pas toutes les contrariétés de la vie les atteindre, … et il savent chercher les appuis nécessaires pour les aider à résoudre les problèmes.

9 – La confiance en soi c’est tout simplement, une meilleure qualité de vie …

Avec la confiance en soi on est plus susceptible de prendre des risques dans la vie pour réaliser ses rêves. Sortir de sa zone de confort apporte de nouvelles expériences et de nouvelles relations.

De plus, les gens qui ont de la confiance en soi sont plus à même d’explorer leur environnement et de tirer parti de ce qu’il offre. Les personnes manquant de confiance en soi tendent à éprouver de l’ennui dans les routines dans lesquelles elles s’enferment et sont réticentes à l’idée du changement.

 confiance en soi bébé

Chapitre 2 : Sachez que vous êtes né avec la confiance en soi : apprenez simplement à la retrouver

1 – Sachez reconnaître les pensées négatives qui minent la confiance en soi

Quand vous voix intérieure pessimiste vous dit des choses comme : « tu ne peux pas y arriver, tu vas échouer ». La première chose à faire est d’identifier cette pensée, la reconnaître comme négative, ne pas la repousser, mais constater et accepter qu’elle ne sert à rien. Ne vous assimilez pas à vos pensées, prenez du recul.

2 – Challengez vos pensées négatives qui minent la confiance en soi

Une fois que vous avez reconnues vos pensées négatives (influencées par votre cerveau émotionnel), pensez avec votre cerveau rationnel et demandez-vous : « Pourquoi ne pourrais-je pas réaliser cela ? J’en suis capable ! J’ai des compétences pour y arriver, j’ai déjà réussies des choses nouvelles ou difficiles. Il n’y a pas de raisons que je n’y arrive pas ce coup-ci ! »

3 – Remplacez les pensées négatives par des pensées positives

Cela paraît toujours étonnant au premier abord, mais c’est contre-productif de chasser les pensées négatives. Reconnaissez-les, et apportez-leur la contradiction, et une fois établie le manque de pertinence de ces pensées négatives, l’étape finale est de les remplacer par des pensées positives jugées plus vraies : « Je peux faire ceci. Je vais réussir cela ».

Il ne s’agit encore une fois pas de méthode Coué où on se répéterait un message positif mais d’affronter les pensées négatives, de les évaluer, de les remplacer. Au début, cela va demander un effort, une pensée active et résolue ; ensuite, on pensera à se rappeler de ce cheminement; et puis au fur et à mesure, cela deviendra un automatisme de permutation, jusqu’à ce que la pulsion négative disparaisse d’elle-même et la confiance en soi revienne. Par exemple, pour arrêter de penser à un éléphant rose, ne vous dites pas  » je ne veux pas penser à un éléphant rose ! » Mais plutôt « j’aime beaucoup cet éléphant gris ». C’est exactement comme avec les enfants : on propose un autre jeu plutôt que de dire on arrête ce jeu.

4 – Objectif n°1 de la journée pour restaurer la confiance en soi : mes pensées positives sont plus nombreuses que mes pensées négatives

Pour que votre confiance en soi s’installe, la bascule doit se faire pour que les pensées négatives soient minoritaires dans un premier temps.

Rappelez-vous que vous finissez par devenir ce que vous pensez, aussi il doit y avoir « plus d’espace de cerveau disponible » pour le positif que pour le négatif.

A ce propos, vous avez peut-être reconnu la citation de l’ancien patron de TF1 qui disait que son métier était de « vendre de l’espace de cerveau disponible » ? Eh bien, justement s’il y a plus nouvelles négatives à la Télévision, c’est parce qu’elles rendent plus réceptifs aux publicités qui suivent (envie d’achat de consolation). C’est une raison de plus pour garder éteinte votre TV, pourvoyeuse en émotions négatives. De façon générale, il faut réduire notre exposition aux pensées négatives : TV, journaux et magazines généralistes, ruminations internes, relations toxiques, …

confiance-en-soi-de-lion

5 – Mettez en place un système de soutien aux pensées positives pour soutenir la confiance en soi

Comme pour la télévision, dans vos relations, vous avez des gens négatifs qui sont critiques, au mauvais sens du terme, qui voient les choses en noir, qui pensent que rien ne peut changer, etc. Prenez vos distances avec ces personnes pour privilégier les interactions avec des personnes optimistes qui vont de l’avant.

Pour favoriser cela, car beaucoup de mes clients entrepreneurs me disent qu’ils n’ont pas assez de relations qui soutiennent leur projet entrepreneurial, j’anime un club privé de créateurs d’entrepreneurs et d’entrepreneurs pour créer ces opportunité de rencontres entre pairs. Cela permet de se motiver et d’entretenir la confiance entrepreneuriale.

Si on peut prendre ses distances avec des amis, ou s’en faire de nouveaux, avec les membre de sa famille, c’est plus compliqué d’en changer ;-). En plus le problème des membres de la famille, c’est que comme ils vous aiment, ils pensent faire votre bien, ils vous découragent avec les meilleures intentions du monde le plus souvent, parce qu’ils ont peur pour vous. J’ai rédigé un article là-dessus pour vous aider à dépasser le regard des autres sur son projet ou son désir entrepreneurial, car c’est un vrai enjeu quand on se lance dans quelque chose qui fait peur aux proches parce que c’est inconnu pour eux.

Enfin, comme vous n’allez pas éliminer toutes vos relations négatives d’un coup, commencez par vous fixez comme objectif de passer plus de temps avec les personnes qui vous soutiennent et vous valorisent qu’avec des personnes qui vous diminuent ou qui vous font sentir moins bien. Les amis qui vous font du bien cultivent la confiance en soi

6 – Eliminez les rappels négatifs qui sapent la confiance en soi

Il y a sûrement plein de petites choses qui vous rappellent des émotions négatives du passé et donc en font des émotions négatives du présent : objet associé à une époque difficile, rappel d’un échec, vêtements qui ne vous vont plus, toute chose qui provoque une association d’idée négative, … Débarrassez-vous de tout cela; de toutes façons, on accumule trop de choses dont on peut se passer, faîtes de la place à votre avenir !

Evitez aussi de fréquenter des endroits qui vous rappellent de mauvais souvenirs. Même si vous adorez passer vos vacances à TrucMuche, avec ce village si mignon, et ses beaux paysages, … si c’est là que vous avez passé des vacances avec votre ex, pensez qu’ils plein d’autres endroits magnifiques sur cette planète terre …

Mais parfois, cette démarche de restauration de la confiance en soi va nécessiter des changements plus radicaux, comme mettre fin à une situation relationnelle toxique, ou quitter un job qui vous mine, … Et à moins que vous ayez une vocation de martyr, rien ne justifie que vous acceptiez de continuer d’avoir une VIE pourrie à vos yeux (vous savez cette petite vie précieuse qui a un début et une fin, et dont il faut prendre soin, parce que c’est la vôtre et que vous n’en n’avez qu’une…)

confiance-en-soi-ennui-au-travail

7 – Identifiez vos forces qui justifient la confiance en soi

Tout le monde excelle à quelque chose. Et vous avez sûrement plusieurs domaines pour lesquels vous avez des talents spéciaux. Autorisez-vous à en être fier ! Notre éducation ne nous a en général pas préparé à faire cela, bien au contraire on a plus été préparé à s’auto-flageller pour nos imperfections.

Pensez que même à l’école (là où on est censé développer compétences et confiance en soi grâce à ces compétences), on note les enfants et les étudiants souvent à l’envers !

Je m’explique : on ne compte pas toutes les bonnes choses qui s’additionnent pour établir les acquis relevés dans un devoir, non, on part souvent d’une note parfaite théorique et l’on soustrait des points pour toutes les erreurs … Sacré conditionnement pour saper la confiance en soi. D’ailleurs tout le système éducatif français est bâti comme cela : on prend le meilleur parcours scolaire possible comme référence, et on « oriente » ailleurs tous ceux qui n’ont pas les notes requises pour poursuivre la voie royale.

Pour toute une classe d’âge de 800 000 enfants, on a d’une part, les quelques dizaines de milliers qui ont fait l’ENA, Polytechnique, HEC, Sciences Po, etc … , ceux qui ont « réussi » selon les critères d’excellence du « système », et d’autre part, on a tous les autres qui ont fait « autre » chose, quelque chose de bien souvent, mais pas le top selon les critères formatés. Et quand on se présente à un entretien d’embauche, dans un cocktail, une soirée, etc. les gens demandent vos « titres » et vous êtes classé dans une catégorie de valeur. En fait, la République a remplacé les « titres » de noblesse par d’autres « titres » : vous êtes un Enarque, vous êtes un prince, vous êtes un Centralien, vous êtes un Duc, vous êtes une Sciences Po, vous êtes un marquis, vous avez fait la fac, vous êtes un gentilhomme, vous n’avez pas le Bac, vous êtes … un gueux, … D’ailleurs vous remarquez que l’on ne dit pas vous avez fait telle ou telle grande école, mais vous êtes votre école !

outlander-aristocratie-confiance-en-soi

Bon, c’est une caricature bien sûr, mais pas tant que ça. Et je ne suis pas la seule à le dire (deux points de vue parmi d’autres dans Libération et Les Echos) ? Et en plus, ça vous colle à la peau longtemps, comme un titre, c’est quand même dingue qu’on se préoccupe encore autant du diplôme que vous avez passé quand vous aviez  23 ans quand vous en avez 40 ! C’est comme si on vous demandait : « Et que faisaient vos parents ? Dans quel milieu avez-vous été élevé ? ».

Comment voulez-vous avoir de la confiance en soi, quand on vous ramène à ce que vous étiez il y a 20 ou 30 ans plutôt que de juger l’homme ou la femme que vous êtes devenu aujourd’hui ?

Aussi, c’est à vous qu’il revient de structurer votre représentation de vous-même à partir de ce qui vous êtes aujourd’hui, de vous présentez selon vos qualités du présent, de vos intérêts, de vos compétences dans lesquelles vous vous sentez vous-même aujourd’hui.

8 – Localisez les racines de vos insécurités qui fragilisent la confiance en soi

Réfléchissez aux choses qui vous empêchent d’aller de l’avant. Qu’est-ce qui vous fait ressentir de la tristesse ou de l’infériorité ? Est-ce une expérience traumatisante ? Une relation qui a mal fini ? Une adolescence douloureuse ? Ecrivez ces choses sur une feuille.

Ensuite, réfléchissez à la façon dont vous pourriez laisser ces choses derrière vous. Quelles sont les nouvelles croyances sur vous-même que vous pourrirez adopter ? Quelles sont les nouvelles images de vous que vous souhaiteriez développer ? Ecrivez-les également sur une feuille de papier.

Vous pouvez aussi ou en plus, faire un tableau de rêves sur lequel vous allez placer des images de vous et de votre vie rêvée, et vous ferez également le tableau de l’ombre, de toutes les choses qui vous tirent en arrière. Vous brûlerez ensuite ce dernier symboliquement pour acter votre résolution à délaisser ces représentations, et afficherez le tableau de rêve à un endroit bien visible qui vous donnera l’occasion de le voir plusieurs fois par jour, et notamment quand vous commencez votre journée. Je détaille cela à une étape du MOOC « Etre ou ne pas être entrepreneur »

9 – Apprenez à accepter les compliments qui donnent confiance en soi

Les personnes qui manquent de confiance en soi balayent souvent les compliments d’un revers de main; parce qu’elles pensent que ceux qui les font exagèrent ou qu’ils ne méritent pas de telles louanges.

La prochaine fois que quelqu’un vous complimente, acceptez-le de bonne grâce. Prenez l’habitude de dire « merci »  plutôt que « ce n’est rien » , « j’ai eu de la chance » , «  je n’y suis pas pour grand chose », « mouais, c’est ça … » … A force, vous apprendrez à apprécier pleinement un compliment, et à sentir comme cela fait du bien à la confiance en soi.

10 – Souriez-vous dans le miroir

Selon la théorie du feed-back facial, vos expressions faciales stimulent votre cerveau à enregistrer et amplifier les émotions que vous manifestez. Si vous voulez vous sentir heureux et motivé pour la journée, pensez à vous regarder sourire devant le miroir. De manière générale pensez à sourire plus souvent, aux autres personnes mais aussi à vous même.

Pensez à faire des exercices de gratitude, en remerciant la vie pour toutes les bonnes choses que vous tenez pour évidentes et qui sont sont quand même des cadeaux de la vie. Cultivez cette gratitude en souriant à vous-même – physiquement – parce que quelque chose de bien vous arrive, ou parce que vous pensez à quelque chose de bien, ou même pour rien, juste content d’être là, et même d’être, de respirer.

Faîtes l’exercice maintenant : pensez à quelque chose qui vous fait vraiment plaisir, et maintenant accompagnez ce sourire un intérieur d’un sourire extérieur, manifestez pleinement l’expression votre sourire comme quand vous souriez à quelqu’un de loin pour le saluer.

Vous avez senti la différence ? Cela amplifie le sentiment de joie que la pensée nous a donné.

Cet exemple montre une fois de plus, que « faire » des choses en plus de les penser est plus puissant que simplement « penser » à ces choses (c’est pourquoi la méthode Coué ou la pensée positive sont insuffisantes).

J’ai toujours été frappée par cette phrase biblique racontant un prêche de Jésus qui dit en substance : « Faîtes les gestes, la foi viendra de surcroît ». Etonnant, non ? On pourrait penser plus normal qu’un fidèle pratique les gestes de son culte parce qu’il a la foi. Mais là c’est l’inverse qui est préconisé. Comme il y a toujours des paroles de sagesse à retirer d’un texte sacré quelque soit sa propre croyance, je me dis que cela disait déjà il y a 2000 ans, ce que la psychologie démontre aujourd’hui, à savoir que les habitudes, les pratiques répétées façonnent notre esprit.

J’insiste là-dessus, car les conseils que je vous donne, qui sont pour beaucoup des « trucs » dont certains peuvent paraître triviaux ou trop terre à terre, sont vraiment déterminants pour gagner de la confiance en soi. Car il est plus facile de modifier sa pensée en changeant ses pratiques, que de changer sa pratique parce qu’on la décidé en pensée. Pour ceux qui veulent en savoir plus, vous pouvez allez lire les travaux de Léon Festinger sur la dissonance cognitive ([un résumé ici ])

Ou rappelez-vous simplement l’étymologie d’incorporer : quand on dit qu’on incorpore une pensée ou une compétence, c’est bien in – corpore: dans le corps et par le corps !

confiance-en-soi-sourire-vie

11 – Récupérez de vos erreurs

Chaque fois que vous faîtes une erreur, comprenez que ce n’est pas à 100% dommageable à votre vie. Vous pouvez toujours rebondir de presque tout.

Prenez la responsabilité de votre erreur, excusez-vous (même à vous-même si vous êtes la seule victime), et trouvez une solution pour régler le problème. Analyse-le pour ne pas la répéter à l’avenir. Mais quoique vous ayez fait, ne ruminez pas votre erreur, et ne vous punissez pas pour cela (ça vaut aussi pour les punitions que l’on s’inflige mentalement) . Un mauvais tournant ne marque pas nécessairement la fin de la route.

12 – Le perfectionnisme, c’est la mort de la confiance en soi

J’ai fait un article sur la question du perfectionnisme, qui touche beaucoup d’entre nous, éduqués à toujours faire le mieux possible ; car c’est un souvent un défaut et il fait de sacrés dégâts dans nos vies.

Ce qui est sûr, c’est que si vous voulez avoir confiance en vous, vous devez accepter que personne n’est parfait et cela signifie que vous n’avez pas besoin de l’être (à supposer que cela soit possible !). Vous ressentez sûrement des insuffisances, et votre analyse est probablement vraie, mais ce n’est pas grave. Ce qui est sûr en revanche, c’est que si vous recherchez la perfection, c’est grave, car vous serez toujours insatisfait de vous-même et vous n’aurez jamais la confiance en soi qui vous manque.

Apprenez à vous féliciter sur un travail bien fait même s’il n’est pas parfait.

Les américains utilisent une expression que j’aime bien pour exprimer la satisfaction de quelque chose d’imparfait qui fait avancer : « good enough » suffisamment bon. Ce terme s’est diffusé en français quand on parle de l’éducation des enfants : on dit qu’on ne peut viser qu’à être des  « parents suffisamment bons » (formule de Winnicott popularisée par Molto). Même Freud disait qu’il y a trois métiers impossibles à réussir : gouverner, éduquer, psychanalyser !

13 – Ne vous comparez pas aux autres, c’est mauvais pour la confiance en soi

Le but de la vie n’est pas d’avoir celle des autres !

Le but est d’avoir la vie qui vous va bien. Pour acquérir la confiance en soi, vous devez viser votre amélioration selon vos propres critères (une fois que vous avez arrêté d’être perfectionniste bien sûr …).

Quand je prends l’exemple dans mon métier de l’accompagnement à la création d’entreprise, c’est incroyable le nombre de personnes qui veulent lancer une boîte dans une activité dont ils ont entendu les mérites, ou parce qu’ils connaissent des gens qui en sont contents, où parce que c’est tendance, ou parce que ça fait bien, que ça gagne de l’argent, ou tout simplement parce que c’est quelque chose qu’ils connaissent déjà. Or si on veut se sentir bien comme entrepreneur et avoir une réussite durable, il faut choisir une activité faîte pour soi, et comme c’est votre boîte, l’activité peut être sur mesure pour vous.

Un salarié se contente du prêt à porter du job qu’on lui propose, un entrepreneur se crée un job sur mesure !

Bien sûr, il faut aussi que ce job soit réaliste et viable. La combinaison des trois critères est vital, et cet aspect du bon choix d’une activité ambitieuse, réaliste et sur mesure, est si importante que j’ai fait une formation spéciale pour aide les créateurs à trouver ou valider la bonne idée business pour eux.

Aussi, ne soyez pas trop sensibles aux modes, aux histoires qui se racontent, aux buzz, et en général, ne passez pas de trop de temps sur les réseaux sociaux. En effet, quand vous lisez les actualités de vos amis, ou d’autres personnes, tout le monde veut paraître cool et avoir une vie enviable, en ne racontant que les bonnes choses et encore, quand elles sont racontées authentiquement… Il y a une video que j’adore qui montre cela.

La prochaine fois que vous sentez monter un sentiment d’insatisfaction ou d’insécurité quand vous considérez les succès des autres, rappelez-vous que vous ne voyez qu’une partie d’une tableau. Donc, ne croyez pas que les autres ont une meilleure vie de que vous, surtout s’ils ont une carrière extraordinaire ! Une enquête américaine sur 437 personnes connaissant une grande réussite sociale, a montré que 80% d’entre elles étaient insatisfaites de leur mariage et de leurs relations amoureuses sur le long terme, et s’il y a bien une chose déterminante pour être heureux, c’est bien une relation de couple harmonieuse.

confiance en soi et zone de confort

 

Chapitre 3 : Les 10 trucs infaillibles pour vous aider à quitter votre zone de confort et booster votre confiance en soi

Maintenant que l’on a vu comment se débarrasser des habitudes qui minent la confiance en soi, on va voir les choses concrètes à faire pour avoir une confiance en béton sans se prendre la tête ! C’est très simple, c’est comme développer ses capacités d’endurance en course à pied ou en vélo, on augmente petit à petit la distance parcourue. On fait du fractionné, on se fixe des objectifs réalistes, on se fait coacher, etc.

1 – Dépasser ses peurs par petits pas pour atteindre la confiance en soi

Ce qui retient de sortir de sa zone confort est généralement la peur de l’inconnu. Ce qu’il faut savoir c’est que les gens qui ont une forte confiance en soi ne sont pas exempts de peurs. Mais, d’une façon ou d’une autre, ils ont appris à vivre avec. Pareillement, vous devez vous désensibiliser progressivement avec les situations qui vous font ressentir une peur.

Faîtes une liste de toutes vos peurs. Commencez par des situations concrètes dans lesquelles vous ressentez des appréhensions ou qui vous effraient. Ensuite regroupez-les par thèmes ou type de situation ; et classez-les en plaçant en premier celles qui vous angoissent le moins.

Ca y est ! Vous avez votre plan d’attaque 😉

Et oui ! Vous allez vous confrontez et annhiler ces peurs une par une dans l’ordre de cette liste !

Cela peut commencer par exemple, par la peur de saluer quelqu’un si c’est votre cas. Vous pourriez commencer par faire un coucou sur une messagerie instantanée ou sur des réseaux sociaux. Puis, vous essayerez de le faire plus souvent en personne. Vous pouvez ensuite parler à une personne inconnue par jour, etc. Après un certain temps, vous allez vous y faire, ce sera une habitude, quelque chose de spontané, et vous vous rendrez compte qu’il n’y avait pas de quoi s’en faire un monde et d’avoir une confiance en soi en béton pour faire cela.

Ensuite, vous passez à la peur suivante de votre liste, et ainsi de suite.

Dès la première peur surmontée, la plus facile, vous allez sentir votre confiance en soi augmenter et nourrir votre motivation à affronter les autres peurs, jusqu’à ce que plus rien ne vous empêche de faire les choses que vous voulez.

Dans son livre « la semaine de 4 heures » (un titre accrocheur qui ne reflète pas vraiment le livre), Timothy Ferriss explique la méthode en appelant cela les « défis confort », car ils vous entraînent à sortir de plus en plus souvent de votre zone de confort pour booster la confiance en soi.

2 – Se fixer de petits objectifs réalistes pour forger la confiance en soi

La plupart des méthodes de développement personnel vous enjoignent de rêver grand, de vous fixer des objectifs ambitieux qui motivent vraiment, et de ne pas vous limiter à de petits objectifs sous prétexte que vous êtes au début de votre chemin.

Tout cela est juste et efficace … sauf si vous avez une faible confiance en vous. Auquel cas cette approche va être inhibante. Car le défi paraîtra insurmontable, vous allez vous sentir débordé par les obstacles à surmonter, et vous abandonnerez rapidement avec une estime de vous encore plus basse.

En fait, oui il faut rêver, et je vous ai incité à le faire avec votre tableau de rêves, mais si vous manquez de confiance en soi, voyez cela comme une rêverie, l’expression de vos désirs, de votre vie rêvée VERS laquelle vous décidez d’aller. Se fixer une direction, ce n’est pas forcément se fixer un objectif.

En revanche, vous allez vous fixer des objectifs intermédiaires dans cette direction, qui seront petits et réalistes, en partant de votre situation actuelle et de vos compétences actuelles.

Souvent les gens se sentent tétanisés par un objectif lointain ou un long plan d’action à mener, comme pour créer une entreprise prospère, et du coup, ne font rien (c’est typiquement une des raisons de la procrastination, voir mon article sur la procrastination entrepreneuriale).

Dans ce cas, vous devez vous demander : « Quel est le plus petit pas possible que je peux faire dans cette direction dès cette semaine ? » Difficile, de ne pas trouver quelque chose de réaliste à faire dans la semaine, non ? Cela peut être une simple prise d’information sur un domaine, ou prendre rendez-vous avec une personne que l’on connaît pour lui demander des conseils ou des informations, ou décider de suivre une formation en ligne 😉 Et cela dans la semaine, car il faut passer à l’action tout de suite pour se mettre en mouvement. C’est pour cela dans certaines formations, j’offre des bonus qui sont conditionnés à un passage à l’acte d’achat dans la semaine, car je sais que souvent les gens ont envie de se donner les moyens, mais remettent à plus tard impressionné par la longueur du chemin, ou par manque de confiance dans leur capacité à prendre une bonne décision, et du coup ne réalisent pas leurs rêves, juste parce qu’ils n’ont pas fait ce premier pas. C’est dommage, car comme disait Lao Tseu : « Un voyage de mille lieues commence toujours par un pas ».

Chaque petit objectif réalisé va faire croître votre confiance dans votre capacité à avancer. Vous allez pouvoir fixer des objectifs plus ambitieux à chaque étape et planifier de plus en plus loin, jusqu’à rejoindre vos rêves … car justement ce sont vos rêves qui vont vous motiver à avancer dans une direction et avec plus en plus de confiance en soi au fur et à mesure que vous cumulerez les petits pas réussis.

3 – Faîtes une chose qui vous est complètement étrangère

Clairement, quand on parle de sortir de sa zone de confort, on pense qu’il faut faire quelque chose de nouveau. Mais on se rend compte quand on se fixe ce genre d’objectif que généralement on prend des choses auxquelles on avait déjà pensé et qui ne sont pas si différentes de ce que l’on connaît. On peut facilement choisir quelque chose de nouveau dans un domaine familier.

Par exemple, si je fais régulièrement une ou deux heures de vélo, je peux me dire «  Tiens, je n’ai jamais fait plus de 100 km d’une traite, faisons cela, cela va me sortir de ma zone de confort ». Mais il s’agit en fait de faire plus de quelque chose, pas de faire quelque chose de complètement nouveau.

Il faut donc se fixer un objectif de faire quelque chose de vraiment exotique, de vraiment différent de votre tempérament.

Par exemple, si j’aime bien mon petit confort et prévoir des vacances bien balisées, je pourrais me dire : je vais faire 2 ou 3 semaines de vélo en autonomie avec le stricte nécessaire dans mes sacoches, et je verrai bien combien de kilomètres je peux faire par jour et jusqu’où je pourrais aller et je reviendrai par le train quand j’aurai atteint mon objectif, ou … si je n’en peux vraiment plus (oui, on a le droit de se tromper ou d’adapter l’objectif !). Mon mari a fait cela à une époque où il avait eu besoin d’évacuer une relation sentimentale qui s’était terminée brutalement, et alors qu’il ne faisait jamais de vélo, il s’est acheté tout le matériel de cyclo-randonnée et est parti de Lyon pour aller à Florence ! Bon on peut faire plus simple comme aller au cinéma tout seul si on n’a jamais osé !

Donc, choisissez quelque chose qui vous est complètement étranger, surprenez-vous, surprenez les autres … et recommencez … régulièrement. Vous trouverez de la satisfaction et de la fierté à réaliser des choses inhabituelles, hors de votre zone de confort.

En fait, vous allez prendre l’habitude de faire des choses inhabituelles !

Et cela va vous aider à ne jamais limiter vos expériences de vie. Vous allez ressentir le champ des possibles s’étendre sans limites.

Si c’est pas de la confiance en soi, ça ? 🙂

confiance-en-soi-randonnee-velo

4 – Engagez de nouvelle relations

De nouvelles relations conduisent nécessairement à de nouvelles expériences. Il y a de nouveaux sujets de conversations, de nouvelles perspectives, de nouveaux angles de vue, des idées inédites, … Chacun de nous a des expériences de vie différentes et chacun de nous a des histoires intéressantes à raconter.

Quand vous engagez des relations avec des gens d’univers différents, vous allez forcément apprendre des choses d’eux. Ouvrez-vous à des cultures différentes, à des opinions différentes. Vous allez allez sortir d’une forme de routine mentale dans laquelle on végète quand on fréquente toujours des gens du même milieu. Certes, rester dans un univers familier cela rassure quand on a une faible confiance en soi, mais cela ne la développe pas… Et je n’ai pas écrit ce guide pour vous aider à « faire avec » une faible confiance en soi, mais pour vous façonner une confiance en soi en acier trempé !

Aussi, ne vous bridez pas par conformisme ou sécurité à des gens de votre univers, ou des relations de vos relations. Rien de vous interdit d’entrer en relation avec des gens avec qui vous n’avez aucune connexion directe ou indirecte…

Si vous trouvez un blogger intéressant ou un profil étonnant sur un réseau social, pourquoi ne pas le ou la contacter ? Faire part de votre intérêt, de votre curiosité, poser des questions, … Les gens adorent qu’on s’intéresse à eux, surtout si c’est désintéressé. Bien sûr vous pouvez être « intéressé » par un conseil, un avis, un tuyau, mais si vous ne demandez pas directement un service, une faveur, un piston, … vous avez peu de chance de vous faire rembarrer, au pire vous serez ignoré, et même si c’est le cas, c’est quelqu’un que vous ne connaissez pas, qui n’est pas de votre cercle, quel est le risque ? quelles sont les conséquences ?

Et cas de prise de contact réussie, vous allez engager une relation instructive, qui vous ouvre de nouveaux horizons, et qui donne de la confiance en soi.

J’ai toujours été impressionnée par la facilité des américains à engager des relations informelles. Vous êtes assis à côté de quelqu’un dans un avion, dans une salle d’attente, vous prenez un café, et une discussion très profonde peut s’engager sans avoir besoin de se voir plusieurs fois pour créer la confiance et l’intimité, tout comme elle peut se mettre en place même si on sait qu’on ne se reverra jamais. En fait c’est comme une relation « instantanée », fluide, une comète, un truc passionnant qui arrive comme ça et qui repart pareil, sans chercher à faire autre chose que vivre une forme de communion humaine : je suis humain, tu es humain, on est à la fois pareils donc proches et on est différents donc intéressants. En fait, c’est une expérience de flux, ou « flow » concept cher à la psychologie positive américaine, que je rapprocherais du Tao chinois, pour ceux qui connaissent. Etre dans le flux, c’est nager dans un état de congruence, cohérence entre toutes les parties de soi, oubliant l’ego et ses calculs, et vivre une activité en étant complètement absorbé par elle. Dans le langage courant on dit de ces moments là « Je n’ai pas vu le temps passer ! » Vous voyez ce que je veux dire ?

Eh bien, si vous engagez des relations nouvelles avec des personnes que vous ne connaissez pas, sans but particulier que le plaisir de la découverte de l’autre de son histoire, les choses vont se passer naturellement, la question de la confiance en soi va disparaître. Si vous n’attendez rien de la relation (service, validation, reconnaissance, attachement, …), vous n’avez pas le souci du jugement de l’autre.

Faîtes l’expérience, cela vous semblera évident si vous ne l’avez pas déjà expérimenté.

confiance-en-soi-canotiers

5 – Pratiquez l’indépendance pour consolider la confiance en soi

Si vous voulez explorer de nouvelles choses en en tirant le maximum de bénéfices pour votre confiance en vous, essayez de les faire seul. C’est sûr que d’embringuer un ami sur un nouveau terrain d’expérience est plus confortable. Mais c’est dommage pour votre confiance en soi car vous n’allez pas ressentir les mêmes choses, ni pouvoir vous attribuer pleinement le résultat de vos progrès.

De même, si vous vous faîtes généralement accompagner quand vous allez à une soirée où vous ne connaissez pas grand monde, ne le faîtes plus et voyez ce qui se passe.

Vous allez constater que cela décuple les opportunités de se mélanger aux gens et de faire de nouvelles connaissances.

C’est comme en voyage quand vous explorez un pays en routard , cela fait une différence énorme si vous êtes seul ou à plusieurs. Les gens d’eux-mêmes viendront plus facilement à vous si vous êtes tout seul, vous inviteront chez eux, etc. Peut-être que c’est notre instinct de mammifère que de prendre soin des personnes isolées… Bien sûr, on éprouve moins ce phénomène dans nos pays occidentaux aseptisés et individualistes, mais dans les pays pauvres les gens viennent vraiment s’occuper de vous, vous questionnent, proposent l’hospitalité, …

Et le fait d’être seul dans ces moments, vous rend plus disponible, vous décentre vers les autres, leur vécu, leur culture, vous êtes plus ouvert que si vous étiez dans une découverte partagée avec quelqu’un dont la présence vous maintient dans votre référentiel, votre culture.

6 – Formez-vous, ça donne confiance en soi automatiquement

Plus vous savez de choses dans un domaine, moins il est intimidant d’y avancer. Evident, non ?

Si vous restez dans votre zone de confort, c’est probablement par manque de connaissances de nouveaux domaines qui vous attirent et vous font peur à la fois.

Par exemple, dans mon domaine qui est la création d’entreprise, je constate que beaucoup de gens qui aimeraient entreprendre, ne le font pas parce qu’ils sont impressionnés par le nombre de choses nouvelles qui leur faut maîtriser. Et d’une certaine façon, ils ont raison ! Il y a en effet beaucoup de choses à savoir et des domaines très variés (droit, gestion, marketing, vente, web, etc.).

Et si vous abordez tous ces sujets en vous formant sur chacun, domaine par domaine, le chemin va être très long car en France le savoir est fragmenté entre différentes spécialités (en raison notamment du système éducatif organisé plus pour le confort des enseignants qui veulent rester dans leur zone de confort que pour le bénéfice des élèves qui ont besoin de transdisplinarité et de travail collectif des enseignants).

Chaque spécialiste va donc vous proposer de maîtriser ou découvrir son sujet avec soit une formation trop longue et complexe, soit une formation trop courte et inutilisable. Et dans les deux cas, ce savoir sera déconnecté des autres savoirs nécessaires à l’entrepreneuriat. Vous vous retrouverez avec des connaissances théoriques d’une discipline sans pouvoir les relier avec les autres.

Par exemple, un grand classique des questions des débutants dans l’entrepreneuriat est « Quel statut choisir ? » (micro-entrepreneur ou pas, libéral ou société, EURL ou SARL, etc.). D’ailleurs – entre parenthèse – commencer par la question du « statut » c’est vraiment une déformation culturelle française, qui est une société du statut (cf. Boltanski). Eh bien, une fois que vous saurez tout sur les différences juridiques expliquées par un avocat ou un expert-comptable, vous ne pourrez toujours pas décider en pratique si vous n’avez pas fait votre business plan et que vous ne savez pas quel va être votre segment de marché, vos acheteurs, vos volumes prévisionnels, vos besoins en ressources, etc. C’est au croisement des différentes disciplines que vous aurez vos réponses, et il y a un ordre pour aborder cela sans se perdre et avoir l’impression que l’on ne sait pas si c’est la poule qui fait l’oeuf ou l’oeuf qui fait la poule 🙂 Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez regarder une conférence que j’ai enregistrée sur ce sujet.

De manière générale, quand vous avancez dans un domaine nouveau, mieux vaut s’appuyer sur l’expérience des autres, plutôt que « d’essuyer les plâtres » ou de « réinventer la roue » comme dit la sagesse populaire ! Ne faîtes pas comme les candidats à l’échec qui disent «  on verra bien, ça doit pas être si difficile, Machin qui n’a pas inventé le fil à couper le beurre, a bien réussi, lui … »

Alors, lisez des livres, suivez des blogs, questionnez les gens,…

En revanche, faîtes attention à ceux qui vous conseillent sans avoir eux-mêmes expérimenté la chose, ou qui ont expérimenté sans avoir le recul d’une multitude d’expériences dans de nombreux domaines. En entrepreneuriat, c’est typique, il existe une foule de réseaux d’accompagnement qui vous proposent :

  • ou bien l’accompagnement par des salariés n’ayant jamais entrepris, payés par des structures parapubliques ou subventionnées qui ne vivent pas de l’argent de leurs clients… Et là, vous avez la théorie sans la pratique.
  • ou bien l’accompagnement par des entrepreneurs ou anciens entrepreneurs qui vous servent de parrain en entrepreneuriat et qui ne connaissent bien finalement que leur métier; avec le risque qu’ils vous suggèrent des choses qui sont justes dans leur domaine, dans leur situation ou … à leur époque, mais qui ne sont pas adaptées pour vous. dans votre niche et au XXIème siècle. Et là, vous avez la pratique sans la théorie.

Je dis tout cela pour vous prémunir d’échecs évitables : formez-vous, c’est vital, plus on sait de choses, plus on a confiance en soi pour avancer. N’attendez pas que l’expérience vous apprenne des choses (version « j’ai pris des gamelles » ou version « j’ai eu du bol »). Devancez-la, et apprenez de l’expérience des autres, pour réussir la vôtre !

Et choisissez bien vos sources d’inspiration et d’apprentissage, mieux vaut quelques ressources bien sélectionnées, que de s’éparpiller comme le web nous y convie, en picorant à droite à gauche, en mixant le tout à sa sauce de débutant. D’autant que comme chacun sait, c’est la sauce qui fait le plat !

Alors ? Votre avenir, vous voulez qu’il ait le goût de la cantine ou de la cuisine de chef ?

confiance-en-soi-cuisine-de-chef

7 – Abreuvez votre esprit avec des souvenirs positifs pour renforcer la confiance en soi

Au fur et à mesure que vous engrangez de nouvelles expériences, vous augmentez votre motivation à sortir de votre zone de confort, en ancrant en vous les souvenirs positifs de toutes les bonnes choses que vous ont apportées ces expériences, et vous dopez votre confiance en vous. Rappelez-vous souvent les moments où vous avez saisi une occasion nouvelle, toutes les super sensations que vous avez éprouvées de vivre avec succès ces apprentissages.

Vous pouvez bien sûr aussi ruminer les échecs et les galères, c’est plus naturel, mais c’est un piège qui vous enferme.

Soyez proactif : façonnez votre esprit, votre moral, si vous voulez avoir confiance en soi en acier trempé, pensez plus souvent à vos succès qu’à vos échecs.

Cela paraît un conseil trivial, mais il est redoutablement efficace. Et il y a une abondante littérature scientifique qui le démontre, sur la préparation du mental des sportifs de haut niveau notamment. La différence entre les champions se joue sur le terrain du mental, de l’attitude de l’esprit.

Si vous voulez des preuves scientifiques de l’efficacité des visualisations positives répétées, sachez que les neurosciences ont découvert que ce sont les mêmes zones du cerveau qui sont activées quand on fait une chose et quand on imagine qu’on fait une chose… Donc, s’il vous arrive autant de bien de mal dans la vie, mais que vous pensez plus souvent au mal, vous allez avoir un moral de looser, parce que les pensées d’échecs seront majoritaires chez vous, et vous aurez sincèrement l’impression que votre vie est une succession de ratés. C’est là que le perfectionnisme « nuit gravement à votre santé » : il nous conduit à occuper nos pensées en nous fustigeant pour des choses imparfaites alors que nous avons réussies aussi de bonnes choses. Et le pire, c’est que plus on est bon dans un domaine, plus on vise haut, et plus on risque d’être toujours insatisfait si on regarde du mauvais côté !

Donc, reprenez le contrôle de votre esprit, jusqu’à ce qu’il soit revenu dans le chemin de la positivité : faîtes l’effort de repenser souvent à toutes les bonnes choses qui vous sont arrivées, surtout quand vous êtes sorti avec succès de votre zone de confort, la confiance en soi n’en sera que plus renforcée.

8 – Secouez-vous un peu !

Plus on marche sur des chemins familiers, plus on s’enferme dans les routines, plus on risque de paniquer si un changement ou un imprévu se présente à nous.

La prochaine fois que vous rentrez du travail, essayez un chemin différent. Quand vous prenez un café ou un thé, essayez un nouveau goût.

Quand vous allez au restaurant, tentez une nouvelle table.

En lisant le menu, ne jetez pas toujours votre dévolu sur ce plat que vous aimez tant, … optez pour celui que vous ne connaissez pas, etc, etc.

Tout ces petits actes de « courage » vont façonner votre rapport au changement.

Et de manière plus général, ils vont faire de vous un ENTREPRENEUR. Mais si !

Un entrepreneur ce n’est pas qu’un chef d’entreprise, ça c’est un entrepreneur économique. Un entrepreneur, c’est d’abord quelqu’un qui a la mentalité d’entreprendre des choses nouvelles. C’est pour cela que j’insiste sur tous ces « trucs » qui vont vous permettre d’embrasser le changement et d’apprendre à sortir naturellement de votre zone de confort, et renforcer la confiance en soi.

L’entrepreneur c’est celui qui sait vivre avec l’incertitude.

L’incertitude, ce n’est pas le risque comme on entend trop souvent dire. Les politiques qui sont trop souvent des fonctionnaires de métier, ayant opté pour une garantie d’un emploi à vie disent qu’il faut « encourager la prise de risque » pour stimuler l’entrepreneuriat ! Ils ont souvent aussi l’incompétence de dire que c’est la faute des banques (fastoche, personne ne les aime 😉 qui ne prennent pas assez de risques avec les PME ! Or si la boîte coule, la banque perd tout, et si le projet réussit elle ne gagne que les intérêts du prêt (très peu élevés en ce moment) : c’est ridicule de leur demander de prendre des risques comme un actionnaire qui va avoir des gros dividendes en cas de succès ! On voit bien que les gens de la sphère publique ne savent pas de quoi ils parlent (ou plutôt si : ils ont horreur du risque, du coup ils en voient partout et bien sûr ils pensent que ce sont aux autres de les prendre !)

Car en effet, le métier de l’entrepreneur c’est de réduire les risques, ce n’est pas pour rien que j’ai appelé mon programme complet d’accompagnement à la création d’entreprise : « Entreprendre sans risque » ! (puis « Entreprendre en sécurité » car les formulations positives c’est mieux 😉

En revanche, bien sûr, on ne peut pas tout maîtriser : oui il y a des incertitudes, on ne sait jamais ce qu’il va exactement arriver, mais l’imprévu ce peut autant être une super commande ou la rencontre d’un partenaire enthousiaste, qu’un impayé ou le congé maladie d’un collaborateur indispensable. Un entrepreneur ne sait jamais tout ce qui va lui arriver dans l’avenir, que ce soit en bien ou en mal. C’est un aventurier ! Il veut faire de sa vie une aventure, et pas une vie toute tracée métro-boulot-dodo, et la même paye tous les mois, et la seule perspective des congés payés de l’été prochain ou d’une augmentation de 2 ou 10% par an, quand ce n’est pas 0,5 ou rien du tout. On voit bien que la zone de confort ce n’est pas de rester là où on est, parce que c’est confortable, c’est qu’on trouve confortable de rester là où on est, plutôt que d’aller dans l’inconnu même meilleur, et le plus souvent par manque de confiance en soi.

C’est quand même trop bête ! On n’a qu’une seule vie, non ?
Et quand on est au seuil de la mort, on se rend compte que le seul vrai risque de la vie, c’est de ne pas l’avoir vécue ! Mieux vaut en être conscient plus tôt, non ?

De toutes façons, les plus belles choses de la vie relèvent de l’incertitude ! L’amour par exemple, ce peut être l’incertitude de se tromper lourdement dans le choix de son conjoint, comme de faire la rencontre de l’amour de sa vie par le plus grand des hasard ! Soyez entrepreneur de votre vie ! Apprenez à apprécier l’incertitude, comme le sel de la vie.

Le besoin de plus de confiance en soi cache souvent le besoin d’avoir plus de certitudes. Alors, allez-y plus mollo sur la sécurité, et appréciez plus de liberté, d’initiative, d’aventure, de piment, …

Et si vous rencontrez des déconvenues, la plupart du temps, ce n’est pas si grave, il en sort souvent aussi de bonnes choses. Prenons un exemple tout simple. Pensez à de vieux souvenirs de vacances pendant lesquels vous vous êtes retrouvé dans des plans galères. Je suis sûr que ce sont des histoires que vous aimez raconter à vos amis, et qui vous font encore rigoler aujourd’hui !

La confiance en soi, c’est aussi penser que peu de choses sont vraiment graves ou irrémédiables.

confiance-en-soi-danser-sous-la-pluie

9 – Ecrivez votre journal de bord

Encore une chose qui paraît bêbête mais qui est efficace, c’est de tenir son journal et d’écrire ce que l’on projette de faire et ce qu’on a réalisé. Vous pouvez le faire au quotidien, et le parcourir régulièrement pour constater que vous avancez bien. Si vous avez un coup de mou, jetez un oeil à tout ce qui a déjà été fait plutôt qu’à ce qui reste à faire.

Une méthode plus avancée consiste à planifier à l’année vos rôles clés, vos objectifs clés pour l’année à venir, et de faire le bilan des avancements. J’explique tout cela en détail dans mon livre gratuit la voie du succès.

Vous constaterez que votre vision évolue et que certaines choses qui vous paraissaient indispensables ou à réaliser prioritairement l’année d’avant, vous paraissent secondaire aujourd’hui, ou bien l’inverse. En fait, cet exercice qui a plein d’autres intérêts, mais je vous renvoie à mon livre qui est le résumé pratique et aux français d’une méthode américaine très connue depuis une trentaine d’années et malheureusement pas traduite en français.

Cette approche permet d’élaguer année après année des choses chronophages que l’on croyait importantes et de se concentrer sur l’essentiel. Du coup, les plans d’actions deviennent plus simples, vous êtes moins débordé par le sentiment que vous n’y arriverez jamais, qu’il y a trop de choses à mener de front, et vous allez prendre plus de confiance sur le fait que vous allez réussir en réalisant vos objectifs prioritaires.

Vous allez constater aussi, que certains défauts que vous vouliez éliminer, ou certaines inhibitions que vous vouliez atténuer, se sont estompés – ou en tous cas ne sont plus des facteurs vous bloquant dans votre évolution. A l’inverse, certaines conquêtes ou réalisations importantes sont désormais acquises. C’est important de relire tout cela, de le constater ou de vous le rappeler, car au fur et à mesure que l’on avance, on pense à ce qui n’est pas encore fait, et on oublie le chemin déjà parcouru dont il faut se féliciter. Car les challenges d’hier sont devenus des acquis, et on oublie que l’on peut être fier, et confiant que l’on va réaliser les nouveaux défis puisque qu’on a pu réussir les précédents. C’est déterminant pour développer la confiance en soi.

10 – Et enfin … Respirez ! ça donne confiance en soi 🙂

Ce n’est pas une blague, je suis très sérieuse !

Quand vous ressentez de l’anxiété à l’occasion d’une situation nouvelle ou qui vous met mal à l’aise, pratiquez une respiration consciente. Concentrez-vous sur l’inspiration et l’expiration dans votre corps. Vous pouvez aussi méditer, visualiser des choses agréables, écouter de la musique, tout ce qui vous permet de vous relaxer dans la situation.

Fritz Perls, le fondateur de la Gestalt expliquait : « la peur c’est l’excitation sans la respiration ».

C’est une affirmation assez étrange de prime abord, mais cela veut dire en fait que les mécanismes qui produisent l’excitation sont exactement les mêmes que ceux qui produisent la peur et que l’on peut transformer une peur en excitation simplement en respirant profondément.

Inversement, l’excitation peut rapidement tourner à la peur si vous bloquez votre respiration. En fait, quand on a peur on essaye instinctivement de l’ignorer en bloquant sa respiration. Mais cela ne marche pas, car plus on bloque la respiration, plus la peur augmente. Le mieux que l’on puisse faire dans ce cas, c’est prendre des respirations amples et naturelles en considérant cette peur qui monte plutôt qu’en cherchant à l’évacuer. Respirer en célébrant cette peur, comme si vous alliez souffler les bougies de votre gâteau d’anniversaire. Votre peur va tourner en excitation et si vous insistez en euphorie !

Essayez, vous allez voir, c’est très puissant de sentir que l’on est en responsabilité de l’euphorie que l’on peut ressentir dans sa vie.  Vous verrez.

confiance-en-soi-minions

Chapitre 4 – La peur et la timidité s’entretiennent l’une l’autre, voici comment vous allez vous débarrassez des deux à la fois pour atteindre la confiance en soi

1 – Comprenez les raisons de votre timidité

Qu’est-ce qui provoque de la timidité pour vous ? Quelles sont les situations qui la provoquent ? A quoi pensez-vous quand vous ressentez de la timidité ? Quand vous analysez l’anatomie de votre peur et découvrez les raisons de votre timidité, vous êtes mieux à même de juger si ces émotions sont justifiées et si elles sont proportionnées à la situation rencontrée.

Les considérer, les regarder, les évaluer, va déjà les faire se dégonfler toutes seules. Pas complètement, mais les réduire à des proportions plus justes, et elles ne vont plus vous envahir au point de vous tétaniser.

2 – Remplacer la conscience de vous par la conscience de ce que vous faîtes

Souvent quand on est timide, on a l’impression que tout le monde vous regarde et vous juge. Que tout le monde attend de vous voir trébucher, hésiter, échouer. C’est parce vous êtes trop tourné sur vous-mêmes, sur vos défauts, vos supposées incapacités, et que vous pensez que tout le monde fait de même. Mais les gens ont pleins d’autres choses à penser et plein d’autres personnes à s’intéresser ! Arrêtez de voir les gens autour de vous comme s’ils s’étaient réunis spécialement en grand jury, rien que pour vous évaluer vous et tous vos agissements !

A la place de pensez à ce qu’on pense de vous, pensez à ce que vous faîtes. Concentrez-vous sur les tâches à accomplir pour les réussir, juste pour les réussir, pour être content de vous, pas pour obtenir l’approbation des autres, mais pour réaliser vos désirs, vos envies, vos projets.

C’est la confiance en soi la priorité, pas la confiance des autres en vous … celle-là viendra en suivant la vôtre !

confiance en soi timidite lion

3 – Arrêtez de vous conformer aux autres, cela nuit à la confiance en soi

Prétendre qu’on est quelqu’un d’autre que la personne que l’on est vraiment, c’est épuisant à la longue.

C’est super d’être différent ! Devenez qui vous êtes ! C’est plus confortable et plus épanouissant sur la durée.

Etre quelqu’un qui a confiance en soi, se sent à l’aise partout, ne veut pas dire que vous devez devenir un pilier de cocktail ou un habitué des soirées, et devenir pote avec tout le monde. Vous n’avez pas à plaire à toutes les personnes que vous rencontrez parce que vous auriez de l’aisance et du charisme.

La confiance en soi est plus une question d’être honnête avec soi-même, d’être bien dans VOTRE peau, et pas celle d’un autre, un homme ou une femme idéal auquel vous voudriez ressembler.

4 – Vous n’avez pas besoin de faire comme tout le monde

Fixez-vous des défis confort comme on l’a vu, afin de faire des choses nouvelles et dépasser vos peurs. Allez plus souvent vers les autres.

Mais ne vous sentez pas obligé d’aller dans un bar branché tous les jeudi soirs, ou dragouiller en boîte le samedi, si ce n’est pas votre truc. Ce n’est pas parce qu’aborder des inconnus dans des bars est l’idée que les gens que vous connaissez se font de sortir de sa zone de confort, que c’est ce que vous devez faire !

Prenez des initiatives sociales qui vous correspondent mieux et que vous aurez envie de poursuivre dans la durée.

Apprenez à vous dépasser avec des situations inédites, oui, mais ne persévérez pas à vous infliger régulièrement des choses qui ne vous plaisent pas.

Vous voyez la différence ?

Soulagé, non ? 😉

5 – Ne fuyez pas les situations inconfortables par manque de confiance en soi

A l’inverse, une fois engagé dans une situation inconfortable, ne cherchez pas à l’éviter. C’est le piège infernal, dans lequel tombent souvent les timides. Vous vous dîtes, cette situation est compliquée pour moi, je vais me sentir mal, je vais dire des bêtises, et à la fin, je me trouverai encore plus nul. J’esquive, je prends la poudre d’escampette, je me barre, …

Quand vous faîtes cela, vous vous privez d’une occasion de vous prouver à vous-mêmes et aux autres que vous pouvez gérer la situation aussi bien que les autres.

En plus, vous envoyez à votre cerveau un message qui renforce votre peur et votre timidité, en lui confirmant « ceci est une situation effrayante ». Donc, vous aggravez votre timidité, votre manque de confiance en soi !

Au contraire, vous devez saisir ce genre de scénario intimidant comme une opportunité de progrès.

Observez la situation avec un peu de recul, et demandez-vous : « Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi ça se passe comme ça ? Est-ce que ma peur est justifiée ? Est-ce que mon anxiété est proportionnée avec l’évènement ou est-ce que j’exagère ? » Car bien sûr, il y a des situations malsaines dans lesquelles les réticences sont justifiées, il ne faut pas foncer tête baissée par principe de bravoure ! C’est la différence même entre la témérité et le courage.

Mais c’est rarement le cas, généralement on s’exagère les appréhensions, on fantasme des peurs. Donc, considérez la situation avec votre raison, en tenant à distance vos émotions, pendant quelques instants. Respirez pour faire baisser la tension, rassurez-vous, rappelez-vous que vous êtes en sécurité pour l’essentiel et vous que vous pouvez gérer la situation.

Quand vous aurez géré la situation, même tant bien que mal, vous serez super fier de vous, de ne pas avoir cédé à la facilité, à l’impulsion irrationnelle du moment ! Et cela vous encouragera à recommencer, alors que si vous fuyez, cela vous encouragera à fuir de nouveau la prochaine fois, ou en tous cas, à rendre une situation similaire plus difficile à surmonter, avec l’effet de renforcement dont j’ai déjà parlé.

Bon, si vous manquez de cran de temps en temps, ne vous culpabilisez pas, c’est contre-productif, vous pouvez vous donnez un joker de temps en temps … mais si vous ne jouez que des jokers, ce n’est plus du jeu !

La confiance en soi, ce n’est pas avancer parce que l’on sait qu’on a tous les jokers en main, c’est avancer parce que l’on sait qu’on a un bon jeu, qu’on sait s’en servir, et … qu’on aime jouer.

6 – Arrêtez de vous insulter, ça détruit votre confiance en vous

Les gens qui manquent de confiance en eux, ont tendance à se traiter de tous les noms d’oiseaux au moindre faux pas ! Mais si vous n’arrêtez pas de vous traiter de : trop nul, de lâche, de co.. , de dégonflé, de timide, de bon à rien, gros tas, d’incapable, etc (je vous laisse continuer la liste avec vos propres auto-insultes favorites 😉 ), cela ne va rien arranger, au contraire !

Ainsi que j’en ai déjà parlé avec les relations positives à entretenir, et vos qualités à souvent vous rappeler, vous devez remplacer ces étiquetages négatifs par des étiquetages positifs.

Rappelez-vous que vous êtes quelqu’un de censé, d’intelligent, de fiable, et capable de belles choses, autant de fois que nécessaires. C’est comme arroser souvent une plante pour qu’elle grandisse.

confiance-en-soi-gentilesse

7 – Développez vos compétences avec des pairs pour stimuler la confiance en soi

Engagez-vous dans des formations, des clubs, des associations en rapport avec les compétences que vous voulez acquérir. Vous allez rencontrez des gens qui veulent développer les mêmes compétences que vous. Vous allez vous faire des amis avec qui vous allez pouvoir progresser ensemble, vous aider, vous entraîner. Plus vous allez pratiquer, plus vous allez progresser vite.

De plus, cela vous permet d’acquérir un réseau relationnel conforme à vos aspirations, cela vous donnera du soutien moral, une énergie plus alignée avec vos buts.

Comme je le disais,  j’ai moi-même créé un club privé d’entrepreneurs et créateurs d’entreprise pour permettre à mes clients et à ceux qui se reconnaissent dans mes valeurs, de se retrouver, d’échanger, de se soutenir, en grand groupe ou en petites équipes de pairs de 5-6 personnes. C’est très stimulant, et réconfortant de voir que les autres ont souvent les mêmes doutes, les mêmes inquiétudes ou difficultés. Cela fait relativiser et trouver des solutions auprès des plus avancés. C’est aussi se rendre compte que l’on est tous en chemin, même si on n’en est pas tous au même stade.

La confiance en soi, ce n’est pas de savoir que l’on réussit à tous les coups, c’est savoir que l’on peut toujours trouver des solutions maintenant ou plus tard !

8 – Dissipez votre anxiété au travers de l’activité

Imaginez que l’anxiété est comme une forme d’énergie bloquée dans votre corps qui demande à sortir.

Une façon de la libérer est d’avoir une activité physique. Quand vous ressentez de la nervosité ou de la peur, allez marcher ou courir dans le voisinage. Cela permet aussi de contenir une montée de tension, et quand vous revenez, vous voyez les choses différemment.

C’est comme quand on conduit en voiture sur de longs trajets. Ce qui permet de récupérer quand on a un coup de fatigue, ce n’est pas tant de dormir sur une aire d’autoroute, que d’arrêter de conduire un moment : la tension continue que nécessite l’attention de la route, stoppée même pendant quelques minutes, soulage de la tension, permet de retrouver de l’énergie; comme une mauvaise position du corps qui accumule une tension, et qui disparait quand on bouge son corps avant d’avoir trop mal.

confiance-en-soi-chiens-exercice

 

 

9 – Aimez-vous. La confiance en soi, commence par l’amour de soi.

Rappelez-vous que vous ne pouvez attendre des autres qu’ils vous aiment, si vous n’êtes pas capable de vous aimez vous-même.

Acceptez qu’il y a des aspects de vous-même que vous ne pouvez pas changer, et concentrez-vous sur les aspects que vous pouvez améliorer. Prenez soin de vous et faîtes-vous plaisir au moins une fois par jour.

Si vous avez du mal à penser à vous en de bons termes, pensez à vous comme une autre personne et écrivez une lettre à cette personne en décrivant toutes les bonnes choses qu’elle fait et toutes les qualités qu’elle a. Pensez particulièrement aux choses que vous aimeriez que l’on vous dise plus souvent.

Relisez cette lettre régulièrement, particulièrement quand vous avez dit du mal de vous-même. Cette lettre vous ramènera à des sentiments plus justes.

Vous méritez d’être aimé, mais quelque part, cette mission vous revient en premier ! N’en doutez pas le moment venu, vous rencontrerez des personnes qui vous porteront de l’attention et du soin comme vous le méritez, mais commencez par le faire vous-même.

 

Chapitre 5 – Une confiance en soi durable repose sur une pratique quotidienne.

Je vous décris les routines à mettre en place pour une confiance en soi aboutie

confiance en soi checklist

 

La checklist bonus promise !

  • Chaque matin, avant même de sortir du lit, commencez la journée avec des pensées et des paroles positives. Dîtes-vous que cette journée va être incroyable et que vous allez faire une foule d’activités excitantes.
  • Rappelez-vous que chaque jour est une nouvelle opportunité d’avancer vers la réalisation de vos buts, et d’accomplir des choses.
  • Pensez aux choses que vous vous réjouissez de faire aujourd’hui. Pendant que vous prenez votre douche, visualisez le fil de votre journée réussie.
  • Imaginez-vous en train de réaliser les tâches habituelles avec plus de maîtrise et de confiance qu’à l’usuel, et de surmonter les imprévus ou les obstacles rencontrés avec facilité.
  • Passez au moins 5 minutes devant votre miroir à sourire et à répéter un mantra, une phrase ou des successions de phrases courtes positives qui résume la vie que vous voulez mener, des paroles qui vont vous booster pour la journée.
  • Ce peut être des phrases du genre : «  Je suis confiant. Je me sens fort. Je suis en contrôle de ma vie. Je maîtrise mes émotions. Aucune personne ni aucune situation ne peut changer ce que je ressens de moi-même. » Et même … « J’ai confiance en moi » 😉
  • En allant au travail ou pendant votre mise en route quotidienne, mettez une musique de fond dynamique et joyeuse. Vous pouvez faire la même chose sur le chemin du retour, ou pendant que vous faîtes des exercices physiques.
  • Si vous rencontrez des personnes qui vous affectent négativement, imaginez-les plus petites qu’elles ne sont. Vous pouvez même affadir mentalement les couleurs qu’elles portent jusqu’à ne plus les voir qu’en noir et blanc.
  • Si quelqu’un vous parle avec une humeur pessimiste, déformez et ridiculisez mentalement ses propos et sa voix.
  • Rapellez-vous que les opinions des autres n’ont l’importance que celle que vous voulez bien leur accorder.
  • Soyez vigilant à ne pas tomber dans le piège des comportements de protection ou de compensation qui mènent à des dépendances. Résistez au verre d’alcool ou à la plaquette de chocolat, quand une situation ou une émotion stressante se présente. Prenez plutôt une profonde respiration et rappelez-vous que vous avez déjà surmonté des situations similaires sans l’aide de ce genre de substances ! Et vous allez donc pouvoir faire de même aujourd’hui.
  • Chaque jour faîtes un défi confort dont je vous ai parlé. Par exemple, souriez à cet homme ou cette femme que vous avez toujours apprécié, passez ce coup de fil que vous ne cessez de reporter, etc. Le plus tôt ce sera fait, le mieux vous vous sentirez. Ne sous-estimez pas le poids inconscient de toutes ces petites tâches reportées qui nous donnent mauvaise conscience en arrière-plan, même quand nous ne nous en rendons pas compte. Les accumuler nous conforte dans une mauvaise image de nous-mêmes.
  • Prenez des décisions seul. Si vous avez l’habitude de demander conseil à un proche pour des décisions de tous les jours, résistez à la pulsion de passer un coup de fil et décidez selon votre intuition.
  • Pratiquez le « NON » régulièrement. Souvent on se retrouve engagé dans des activités ou relations que l’on ne désirait pas vraiment sous prétexte qu’on nous l’a demandé et que l’on n’a pas su dire simplement non. Apprenez à décliner des propositions avec simplicité sans agressivité ou justifications alambiquées.
  • Félicitez-vous de tous les petites victoires de la journée. Finie la corvée de lessive ? Le classement d’un tas de papiers ou des courriers qui auraient dus être fait depuis longtemps ? Un coup de fil inconfortable ? Félicitez-vous à haute voix, et offrez-vous une petite récompense 🙂
  • Prenez l’habitude de parler à des inconnus chaque jour. Cela peut être au quelqu’un au café, dans la file d’attente à la boulangerie, quelqu’un que vous croisez rarement au travail, etc. Dîtes quelque chose de simple, et même de banal : « Super bon ce café ! Vous ne trouvez pas ? » « Vous avez de belles chaussures » ou une remarque sur la météo, …
  • A la fin de chaque journée, prenez 10 minutes pour remplir votre journal, comme je vous l’ai détaillé. Et notamment, répondez avec honnêteté aux questions suivantes :
    • sur une échelle de 1 à 10, comment je me suis senti en confiance aujourd’hui ?
    • dans quelles situations ai-je été le plus confiant ?
    • dans quelles situations devrais-je m’appliquer à mobiliser plus de confiance ?
    • Puis, prenez l’engagement d’améliorer ces derniers points.
  • Avant de vous endormir, allouez 10 minutes de votre précieux temps de sommeil pour visualiser vos objectifs. Représentez-vous vos plans se dérouler favorablement et aboutir aux résultats attendus. Imaginez la façon dont vous allez vous y prendre pour que vos rêves se réalisent. Pensez aux différentes étapes que vous allez passer pour atteindre vos buts.
  • Et enfin, ressentez comment vous allez vous sentir quand vous aurez réalisé vos rêves. Non seulement, cela est agréable et efficace pour s’endormir que de se bercer avec ces pensées, mais aussi vous conditionnez votre cerveau à se projeter dans votre plan et à le considérer comme du futur et pas comme une espérance. Je ne rentre pas dans les détails des justifications psychologiques (il y’a des études précises là-dessus) mais contrairement à ce qu’on entend dire souvent, il ne faut pas seulement penser à la réalisation de nos rêves pour se motiver mais bien aux choses à faire pour réaliser nos rêves.
  • Le plus important c’est que notre cerveau enregistre comme naturel le chemin à prendre pour y arriver afin de balayer les hésitations et les résistances, et développe la confiance en soi.

popeye-confiance-en-soi

Vous voici paré pour vous dater d’une confiance en acier trempé !

 

Et si vous avez besoin de revoir vos projets de vie, pour vous donner la motivation de construire ce formidable levier ou que vous voulez remettre à plat votre vie actuelle, ne manquez pas de télécharger mon livre gratuit :

Télécharger le guide NOUVELLE VIE100% Gratuit - Méthode d'auto-coaching depuis 20 ans